BDS eSports

BDS : Déjà un an et un bilan

Le 30 mai 2019, « Team BDS » se dévoilait au grand jour. Depuis, la structure basée à Genève a parcouru un chemin non-négligeable dans le monde de l’esport. Des présentations à couper le souffle, un van Mercedes à disposition des joueurs ou encore des line up inattendu. On retrace cette année avec le véritable couteau suisse de cette entreprise, Tom « Shynlin » Jouhandeaud.

Si vous avez raté l’article paru l’année dernière, il est retrouvable ici. L’ambition de BDS, était-elle justifiée ? Le but sera d’analyser les points et objectifs fixés douze mois plus tôt. Mais dans un premier temps, place à la présentation. Dans notre précédent sujet, « Tpex », Team manager dans l’organisation genevoise avait répondu à nos questions. Cette fois, nous accueillons un nouvel invité. Son nom ne vous dit peut-être rien, néanmoins vous le reconnaîtrez entre mille. « Shynlin » apparaît pratiquement dans toutes les courts-métrages. Casseur, Livreur ou parrain de la mafia Suisse, il a joué tous les rôles. Hormis ses personnages de films, il se cache aussi derrière les réseaux sociaux et la communication de la structure.

Rentrons dans le vif du sujet, précédemment, l’entreprise voulait s’investir sur l’esport suisse. Malheureusement, la marque bleu et rose n’a pas vraiment donné signe de vie sur la scène helvétique. L’absence des équipes est très facilement justifiable pour notre interlocuteur : « Premièrement, je dois affirmer que la Suisse est importante à nos yeux. Ensuite, nos jeux phares comme Call of Duty ou Rainbow Si Siege n’ont aucune compétition à jouer pour l’instant dans la région » explique-t-il. Évidemment, impossible pour ces deux jeux de trouver une « juste place » dans notre pays. Peut-être que FIFA ou TFT aurait pu être mieux valoriser dans la période actuelle où le « online » est à l’honneur. Cependant le raisonnant se tient… y aller à fond, ou pas du tout.

Toujours plus

L’ambition reste inchangée depuis le début. Devenir l’une des organisations les plus reconnue de la planète. Après un an, où se trouvent les employés proches de l’aéroport de Cointrin ? Eh bien, le chemin avance à bon rythme : une quatrième place au Six Invitational qui propulse « BDS » comme meilleure équipe européenne sur le jeu de tir esport d’Ubisoft, un superbe parcours sur Rocket League et des joueurs prometteurs dans toutes les line up. Une année réussie pour notre chargé de communication : « Nous pouvons effectivement dire que les objectifs ont été atteints. J’aimerais aussi rappeler que nous n’avons qu’un an. Les plus grandes organisations mondiales ont beaucoup plu d’années de travail que nous. C’est un bon début mais, nous avons tellement de choses à montrer et faire découvrir au gens » raconte-t-il.

 

Nous aurions tendance à l’oublier, pourtant la pandémie a freiné plus d’un programme. C’est d’ailleurs ce que tiens à préciser l’acteur de chez BDS. « Tous nos projets autres que numériques ont dû être stoppés. Nous avons présenté une équipe League of Legends sans court-métrage, l’ouverture de notre Gaming House s’est vue repoussée. Et je ne parle que des projets annoncés, je pense que toute la scène esport a souffert de cette période même si heureusement, nous sommes sur une discipline jouable en ligne. »

La Suite

Si la terre entière vit au ralenti depuis le mois de mars, Monsieur Jouhandeaud réussi à relativiser. « Nous avons analysé nos bons résultats. Et le Covid-19 nous a offert une belle période de réflexion sur nos futurs projets, afin de faire une deuxième année encore plus importante que la première ! Nous avons pu réorienter nos priorités en cette période de vie « réduite » et j’espère qu’ils aboutiront. »

Revenons maintenant à la base du projet. L’objectif numéro un, était de performer sur un jeu au niveau mondial, avec les résultats de l’équipe Rainbow Six Siege il est clair que la tâche a été remplie. Ensuite, la volonté des dirigeants était de pouvoir mettre tous les joueurs à un statut professionnel ce qui a été fait avec succès. Aujourd’hui, qu’est ce qui anime « BDS esport » au quotidien ? « Forcément, l’ouverture de la « BDS house » reste dans un coin de notre tête. Quant à moi, je mets beaucoup de mon énergie dans le développement de notre Web TV. C’est à ce jour, un projet facile à gérer dans la situation actuelle et qui contribuera activement à l’image de la structure » nous dit Tom Jouhandeaud.

 

Il ne nous reste plus qu’à attendre et constater l’évolution de nos amis genevois. Incontestablement, l’entreprise de « BDSLaTour » représente fièrement l’Helvétie. Il ne reste plus qu’à gagner encore plus de capital sympathie dans notre région, avec peut-être plus d’implication sur la scène locale ou le recrutement de joueurs régionaux.

mm

Julio Mestre

Redakteur

Amoureux de sports, c’est logiquement le premier Pro Evolution Soccer qui a conduit Julio dans le monde du jeux vidéo. N’ayant aucun talent pour les FPS, Dofus sera son MMORPG de prédilection avant de découvrir Rainbow 6 Siège qui ne quitte plus son esprit depuis. Compétitif sur Fifa en club pro, le cast sur Twitch de ce même jeu occupe le reste de son temps libre. Il adore rapporter tout ce qui se passe dans l’univers du gaming via l’écriture ou la vidéo

Mehr von Julio Mestre
signaler une nouveauté
Follow Us
Stay in the game!

Abonne notre bulletin maintenant!

Follow Us
eSports.ch