Civilization 6 eSports – devenir champion du monde en 38 manches

Civilization 6 n’est pas le premier titre qui vient à l’esprit quand on pense aux sports électroniques. Mais récemment, la Coupe du monde a eu lieu pour la troisième fois.

En fait, Civilization 6 a un mode Bataille Royale : la Mort Rouge. Douze joueurs s’affrontent dans un scénario postapocalyptique. Le jeu ne se joue pas avec des civilisations, mais avec de nouvelles unités et factions mobiles qui correspondent au scénario : des mutants, des sectes, des scientifiques fous et des pirates de la fin des temps. Il n’a donc pas beaucoup de points communs avec l’original, mais serait bien adapté aux tournois.

Mais Civilization 6, en tant que titre eSports, se concentre sur le mode classique. En d’autres termes, construisez votre civilisation et dominez le reste du monde. Récemment, la troisième saison de la Coupe du monde Civilisation 6 a eu lieu. Huit équipes se sont battues pendant sept semaines pour la domination du monde virtuel. Nous l’avons donc trouvé : Le marathon des eSports.

La domination mondiale en 38 rounds

La Civ World Cup se joue par équipes de quatre. Il ne s’agit pas seulement d’amener sa propre civilisation à la victoire en 250 rounds maximum, mais aussi d’exploiter habilement les synergies avec les civilisations alliées. Cependant, les équipes ne font pas 250 tours. Après 130 à 150 tours, le jeu se termine généralement. Néanmoins, une « game » dans Civilization 6 peut rapidement prendre de quatre à six, parfois même dix heures. C’est pourquoi il n’y a qu’une seule partie par match dans la phase de groupe et les éliminatoires. C’est différent en finale, où l’on joue un best-of-3.

Dans la finale de la troisième saison, l’équipe gagnante, TBD, a réussi à renverser son adversaire Ulysse en seulement 38 coups. Ils ont utilisé une stratégie écrasante de « Catherine de Médicis » (Magnificence), qui a donné à TBD un bonus culturel si fort que leur adversaire ne pouvait rien y faire. Le jeu n’a duré qu’une heure.

Comment Civilisation 6 fonctionne-t-il en tant qu’eSport ?

Contrairement aux titres les plus connus et les plus populaires d’eSports, Civilization 6 n’a pas été conçu pour cela. Les joueurs eux-mêmes ont trouvé un moyen de s’affronter sur leur jeu favori en partant de zéro. Il existe aujourd’hui une scène compétitive dynamique en France, en Russie, au Brésil, en Corée et au Japon. La France accueille également régulièrement des tournois 1v1 et 2v2. Les tournois et les ligues sont principalement organisés sur les serveurs discord des différentes communautés – en premier lieu le serveur discord de la Civilization Players League, qui compte environ 15 000 joueurs.

Les équipes sont généralement composées non seulement de quatre, mais de sept joueurs ou même plus. En effet, les équipes doivent parfois jouer plusieurs matchs en une semaine, ce qui leur permet d’alterner entre elles. C’est nécessaire, car il n’y a pas d’argent à gagner avec le prix, les joueurs travaillent généralement et ne peuvent « que » pratiquer leur passion comme un passe-temps. Dans le passé, cependant, elle était encore plus extrême. Lorsqu’il n’était pas encore possible de jouer en parallèle et dans le mode en ligne deux fois plus rapide, mais que les joueurs devaient attendre encore et encore que tous les autres aient terminé leurs mouvements, même pendant les parties, les joueurs étaient régulièrement échangés comme dans une course de relais.

Mais même aujourd’hui, alors qu’une partie ne dure plus 20 heures complètes, mais « seulement » quatre à six heures, Civilization exige beaucoup de concentration et de dévouement de la part des joueurs. L’accent doit être mis autant sur leurs propres districts que sur le front de la guerre. Une erreur à 15 tours peut impacter plus de 100 tours et avoir de mauvaises conséquences. L’élaboration de routines et des stratégies, l’analyse des matchs et l’entraînement contre d’autres équipes sont tout aussi importants que pour les autres titres.

Facteur de hasard

La chose la plus « antisportive » de Civilization 6 est peut-être le caractère aléatoire du jeu. Vous ne verrez jamais deux fois exactement la même situation. Cela commence par les cartes : les cartes sont générées de manière aléatoire. Seul le type est réglable et donc, par exemple, la relation entre le sol et l’océan. Les cartes actuellement utilisées sont Pangea, Primordial, Seven Seas et Inland Sea.

En outre, personne ne sait où se situera le point de départ de chaque civilisation. Bien que certaines civilisations aient des tendances préprogrammées à démarrer dans des zones historiquement appropriées (biais de départ), à part cela, le point de départ est aléatoire. Une civilisation défensive peut commencer en première ligne, tandis que le guerrier allié doit commencer en dernière ligne – c’est là que l’adaptabilité est nécessaire.

Avec Civ 6, la fonction environnementale a également été ajoutée. Les joueurs ne peuvent pas contrôler si et quand, la rivière voisine inonde soudainement la ville, si une tempête ravage les champs ou si une éruption volcanique anéantit des quartiers entiers.

CIV EST RANDOM ! Et vous feriez mieux de vous y habituer. – Florian « Arketip » Emery

Ce qui fait un bon joueur de « Civ » est la capacité à s’adapter à de tels événements aléatoires.

Il était là tout à coup : une tempête de neige désastreuse sur une zone industrielle. Capture d’écran trouvée sur Reddit.

Réglementer les « mods »

Au fait, en mode multijoueur, Civilization 6 se joue avec des « mods », car le jeu n’est pas parfaitement équilibré. Certaines civilisations présentent des avantages ou des inconvénients (comme partout).

Le « mod » Better Balanced Starts offre une plus grande égalité des chances au début du jeu. Le biais de départ des civilisations est plus prononcé. De plus, le terrain autour du point de départ est un peu ajusté et l’algorithme de ressource est plus équilibré.

Avec le Better Balanced Game Mod, les civilisations, les unités, les merveilles et les améliorations des districts sont généralement adaptées les unes aux autres. Aucun n’est extrêmement plus fort ou plus faible que les autres.

Le Dynamic Turn Timer réduit considérablement la durée des tours et donc la durée de l’ensemble du jeu.

Pour les commentateurs et les spectateurs, ce mode est indispensable : The Better Spectator Mod. Vous pouvez donc observer de l’extérieur ce que font les joueurs sur la carte du monde.

Un Suisse au milieu

Florian « Arketip » Emery est le capitaine de Team Pyramid et le seul joueur suisse à avoir participé aux 6 Coupes du monde de Civilization. La saison dernière, il a atteint la finale avec son équipe, mais cette fois, ils ont échoué de justesse en phase de groupe. A l’âge de huit ans, il jouait déjà à « Civ ». Mais avant d’entrer dans la compétition, il a joué sous le surnom de « Frag » dans l’équipe CS 1.6 redWhite.

À ses yeux, Civilization 6 est un eSport de niche. Comme dans d’autres titres, il faut des compétences eSports atypiques, mais aussi de la volonté et de l’endurance pour s’immerger complètement dans le jeu pendant de nombreuses heures. Malheureusement, il n’y a pas de bon mode d’observation et même ainsi les parties ne sont pas très attrayants pour les spectateurs. Entre autres choses, bien sûr, à cause des longs temps de jeu. Le casting de ces jeux n’est pas non plus une promenade dans le parc.

En fait, il n’est pas si difficile d’entrer sur la scène de la concurrence, dit-il. Le plus grand défi est la formation, car il n’y a pas beaucoup d’opportunités. Mais comme pour les autres titres, il y a aussi les « scrims », c’est-à-dire les matchs d’entraînement contre d’autres équipes. Ici, une attention particulière est accordée aux civilisations et au style de jeu que les équipes adverses préfèrent afin de choisir de bons pions dans un vrai match.

Bientôt la Suisse dans le jeu ?

Une chose est très claire : la scène compétitive de Civilization 6 est plus grande que ce que certains pourraient penser et est très fortement imbriquée. Mais ce que Florian « Arketip » Emery et ses collègues aimeraient voir, c’est un échange avec les développeurs. De cette façon, la scène pourrait certainement être davantage mise en valeur. Mais il ne voulait pas que les « games » soient plus courts. Parce que c’est là que se trouvent le défi et le plaisir, dit-il.

Nous lui demandons s’il s’attend à ce que la Suisse soit bientôt introduite comme une civilisation dans le jeu. « Plutôt improbable », dit-il. Il existe déjà de nombreuses civilisations auxquelles la Suisse serait alors trop semblable. Ce serait quand même cool.

Vous trouverez ici de plus amples informations sur la Civilization Players League et la Civ World Cup.

mm

Stefanie Holenweg

Moderatorin & Social Media Managerin

Quand Stefanie Holenweg a reçu un N64 avec le jeu Zelda - Ocarina of Time pour son 10ème anniversaire, cela a scellé son destin dans le monde du jeu vidéo. Elle combine ses deux passions, blogging et jeu videos depuis le début de 2017 dans son travail en tant que présentatrice chez esports.ch.

Mehr von Stefanie Holenweg
signaler une nouveauté
Follow Us
Stay in the game!

Abonne notre bulletin maintenant!

Follow Us
eSports.ch