eSports – Retour sur les événements marquants de 2019

L’année 2019 a été riche en émotions et a permis à plusieurs licences de briller un peu plus ou d’éclore. Retour en quelques lignes sur les événements esport marquants de l’année 2019.

La Coupe du Monde de Fortnite

Coupe de Monde Fortnite

Comment ne pas commencer par un des faits les plus marquants de l’année, avec la première édition de la Coupe du Monde de Fortnite ? EpicGames, l’éditeur, a mis les petits plats dans les grands et a proposé à la communauté et aux fans d’eSport de manière générale une organisation au format XXL, avec une logistique titanesque et des dotations à beaucoup, beaucoup de zéros.

La Suisse y était d’ailleurs très bien représentée avec trois ambassadeurs embarqués dans ce premier événement gigantesque. Plusieurs tournois de qualification avaient amenés à une liste de cent joueurs pour la catégorie individuelle de la Coupe du Monde, et à cinquante binômes pour la catégorie duo. Parmi les meilleurs joueurs du monde figuraient donc Duong “Kinstaar” Huynh, une des grandes références francophones et mondiales sur Fortnite, habitué à être nommés dans parmi les joueurs les plus doués du circuit professionnel. Le joueur suisse avait d’ailleurs obtenu une place qualificative pour la catégorie individuelle mais aussi pour la compétition en duo, avec Corentin “Hunter” Tardif, un français de l’équipe Solary où les deux joueurs évoluent ensemble. Karim “Airwaks” Benghalia, ancien professionnel suisse de League of Legends reconverti avec succès sur Fortnite et lui aussi membre de l’équipe française Solary figurait aussi parmi les qualifiés de la compétition en binômes, et jouait d’ailleurs avec un autre français de Solary, Nicolas “Nikof” Frejavise. Malgré une victoire sur un tournoi caritatif qui précédait la Coupe du Monde, Airwaks et les autres n’ont pas su atteindre leurs objectifs et ont terminé les deux compétitions loin des projecteurs.

Les Worlds de League of Legends

League of Legends Worlds 2019

King Perkz et sa couronne, offerte par un spectateur, qu’il aurait porté s’il avait pu remporter la finale contre FunPlus Phoenix.

Malgré la mode des Battle Royal et la popularité de Fortnite, Riot Games a une nouvelle fois su répondre présent et satisfaire la communauté eSport avec une nouvelle édition des championnats du monde de League of Legends. L’Europe y a d’ailleurs particulièrement brillé, avec trois représentants qualifiés en quarts de finale. Une performance notable, qui a même eu comme point culminant d’avoir G2 Esports, l’équipe la plus en vue du circuit européen et un des favoris pour ce mondial, tomber les fameux SKT Telecom T1 avant de toquer à la porte d’une finale qu’ils ne parviendront cependant pas à remporter… Une contre performance qui est venue défier tous les pronostiques qui ne voyaient pas du tout les européens perdre sans remporter la moindre manche en finale, mais qui vient conclure une belle saison pour la structure espagnole qui a tout remporté cette année avant de perdre cette finale.

Les 10 ans de League of Legends et l’arrivée de TeamFight Tactics

League of Legends 10 Years

En plus de terminer une belle année sur le plan compétitif, avec une accoutumance aux ligue nationales comme la Ligue Française de League of Legends (LFL), des Worlds rondement menés et merveilleusement bien produits une nouvelle fois, Riot Games a en plus fêté son dixième anniversaire d’une façon tout à fait notable. Un événement grandeur nature en parallèle de leurs championnats du monde, avec des invités de marque qui ont pu promouvoir des annonces aussi inattendues qu’intéressantes. Pour les résumer rapidement :

 

  • League of Legends Wild Rift, une version portable du MOBA, retravaillée et adaptée à ce format
  • Un jeu de versus fighting
  • Un Hack n Slash
  • Un jeu de tir à la première personne, nommé Ares ou Projet A, en cours de développement
  • League of Legends eSport Manager, où vous incarnez un manager d’équipe eSport à la conquête des sommets mondiaux de League of Legends
  • Legends of Runterra, un jeu de cartes sur le modèle de Magic ou Hearthstone, dont l’early access a laissé présager de bonnes choses avant la sortie officielle en 2020
  • Un animé sur le thème de League of Legends, nommé Arcane

 

TeamFight Tactics faisait également plus ou moins partie du lot de nouveautés de l’année sur League of Legends et offre de nouvelles perspectives compétitives et divertissantes aux adeptes de l’univers développé par Riot Games. Toute cette dynamique visant certainement à redynamiser le jeu et à maintenir un intérêt des générations peut-être quelque peu lassées du tryhard sur la Faille de l’Invocateur, pour finalement proposer des formats adaptés à tous les goûts et tous les profils, des plus pointus aux plus occasionnels. Riot Games réalise donc là un des coups les plus marquants de l’année, et termine 2019 avec beaucoup de belles promesses.

Dota 2 : Encore un record de dotation

Dota 2 International 2019

Encore une fois, malgré la cote de popularité du genre Battle Royal, les MOBA n’ont pas à rougir de leur bilan annuel. Outre Riot Games et League of Legends, Dota 2 s’est encore une fois illustré cette année, et signe une place de choix dans le bilan des événements marquants l’eSport en 2019 avec un total de près de 34 313 063 dollars de dotation pour leur tournoi majeur : The International 2019, grâce à des parts dans des micro-transactions dédiées. Improbable : cette somme complètement folle dépasse même les 30 millions de dotation proposée par EpicGames et Fortnite lors de leur coupe du monde.

Evidemment, tout ceci n’est qu’une sélection subjective. Nous aurions pu de G2 et leur omniprésence sur les différentes scènes esportives, ou même directement de la scène compétitive de Counter Strike qui ne faiblit pas, de la victoire VKLiooon, la première championne du monde d’Hearthstone qui avait transmis un message fort à la communauté. De l’association improbable de Riot Games et Louis Vuitton, ou même de Solary et de leurs performances malgré l’aspect divertissant de la formule qu’ils proposent actuellement, ou encore de Vitality et de leur installation dans les bureaux du Stade de France, ou de leur nouvelle levée de fonds réussie… L’eSport est une belle chose, et c’est un plaisir de constater qu’en un millier de mots il nous est impossible de citer tout ce qu’il s’est passé sur une année. En espérant en rater encore plus en 2020.

mm

Axel "Popov34" Spaenlé

Rédacteur

Entré dans l'eSport par une petite porte dérobée, Axel a gardé ce petit côté naïf qui rendent ses yeux brillants quand une foule hurle près d'une scène pleine de consoles ou d'ordinateurs. Grand défenseur des communautés opprimées dans l'univers du jeu vidéo, il passe ses nuits à courir sur les toits en cape et collants, attendant patiemment que quelqu'un allume enfin le Batsignal ou ressuscite OGame.

Mehr von Axel "Popov34" Spaenlé
signaler une nouveauté
Newsletter Sign-Up
Follow Us
Stay in the game!

Abonne notre bulletin maintenant!

Follow Us
eSports.ch