Les loot boxes et leur chemin vers l’Occident

D’abord sous-estimées, c’est à partir de 2010 que les microtransactions ont commencé à devenir une véritable mine d’or pour les éditeurs occidentaux. Les loot boxes suivront ensuite le pas en engendrant de nombreux débats dans les communautés du gaming et de l’eSport.

Quand, au début des années 2010, l’industrie occidentale du jeu vidéo a pris conscience des énormes sources de revenus que représentaient les microtransactions grâce au jeu Farmville, l’idée de la Lootbox a rapidement trouvé son chemin jusqu’à nous. Les loot boxes ont ainsi été implémentées par l’équipe de Valve dans Fortress 2 en tant que premier jeu grand public occidental à utiliser ce dispositif. Ce même jeu sera converti en F2P (Free to play) en 2011. Les loot boxes sont ainsi proposées aux joueurs contre de l’argent réel. Au cours de la même période, EA introduit le mode Ultimate Team dans le jeu FIFA, où les joueurs peuvent acheter des packs de cartes pour construire leur propre équipe. Certains MMO ayant connu des périodes difficiles sont également passés du modèle d’abonnement au modèle F2P en intégrant le système de Lootbox, comme Lords of the Rings Online.

CS:GO et Dota 2: les principaux jeux eSports suivent le mouvement

Après que ce modèle économique ait été testé avec succès par Valve et EA, il a été intégré dans d’autres jeux déjà existants. Ainsi, les loot boxes sont tout d’abord apparues dans Counter Strike : Global Offensive (2013), mais elles ont également trouvé leur place dans Dota 2, Mass Effekt 3 avec son mode multijoueur ou encore Dead Space 3. Cela en empêchant le pay to win dès le départ.

En Belgique et aux Pays-Bas, Valve a éffacés les #Lootboxes de CS: GO pour des raisons juridiques.

L’utilisation très fréquente des loot boxes, au-delà des jeux multi-joueurs, a été un vrai phénomène ces deux dernières années. Le lancement d’Overwatch par Blizzard en 2016 ayant eu un énorme succès financier (et pas seulement) leur a donné une certaine visibilité. Bobby Kotick, PDG d’Activision, a déclaré au début de l’année 2017 juste avant le premier anniversaire du jeu, que le succès d’Overwatch était en grande partie dû aux joueurs qui achetaient des loot boxes. À ce moment-là, OW avait déjà gagné plus d’un milliard de dollars selon Blizzard.

Battlefront 2: la colère et ses effets

À partir de ce moment-là, les éditeurs ne s’arrêtaient plus. L’intégration des loot boxes s’avérait efficace pour le succès d’un jeu et leur présence devenait intrusive sur le marché, notamment pour les jeux plein prix comme Middle-Earth : Shadow of War. Cependant, cela a permis de faire réagir la communauté. EA a finalement ressenti tout le mécontentement accumulé des joueurs après la sortie de Star Wars : Battlefront 2. C’est ici qu’ont été introduites les boîtes contenant ce qu’on appelle les star cards. La collection de ces dernières étant essentielle pour la progression d’un personnage.

Des #Lootboxes pour de l’argent réel? Sur Battlefront 2 ce n’est plus possible. EA avait supprimé l’obligation de payer après des manifestations massives. Photo: shacknews.com

EA a ainsi retiré les vraies loot boxes de Battlefront 2 en mars 2018. Elles ont également été enlevées de Shadow of War en juillet, comme l’avait annoncé Monolith plus tôt cette année. A l’E3 2018, EA avait présenté ses excuses en promettant de prendre en compte les retours d’expérience des joueurs afin d’appliquer des changements positifs aux futures versions. Fin juillet 2018, le directeur du studio Turn 10, Alan Hartman, a annoncé que les loot boxes seraient retirées durant l’hiver prochain de Forza Motorsport 7 et de Forza Horizon 4 annoncé à l’E3, après avoir également causées des problèmes dans la communauté.

Existe-t-il des loot boxes « éthiques » ?

Avant ces excès, les loot boxes étaient rendues socialement acceptables par des jeux comme Hearthstone et Overwatch et étaient plutôt bien accueillies par la communauté dans la mesure du raisonnable. OW a notamment la réputation d’offrir des loot boxes « éthiques ». En effet, seuls les changements cosmétiques tels que les skins, les sprays et les émotes peuvent être obtenus par ce moyen. Cependant, certains articles sont exclusivement disponibles dans des boîtes aléatoires, en particulier ceux dont la disponibilité est limitée. Cela peut inciter le joueur à investir dans de nombreuses boîtes s’il veut obtenir un objet rare. Toutefois, il n’y a pas d’avantages ludiques avec les loot boxes.

Blizzard a également réduit le risque de doublons dans ses loot boxes l’année dernière et, en retour, a augmenté le nombre de crédits en jeu qu’il contient. En outre, les articles ne peuvent pas être échangés après avoir été achetées. Les lootboxes non ouvertes peuvent être données, mais ne peuvent pas être droppées. Pour ouvrir une Lootbox, aucune autre clé n’est nécessaire dans OW, contrairement à CS : GO, par exemple, où il y a aussi des skins de récompense pour le temps joué. Mais les boîtes droppées doivent tout de même être ouvertes avec une clé achetée pourde l’argent réel.

Voici une vidéo TeaTime de Rafael « Aspartan » Kink, qui nous donne son avis sur les loot boxes.

L’interdiction des jeux d’argent pour gagner des skins

L’exemple de CS : GO avec le Skin Gambling (qui, en tant que sujet distinct, a déjà provoqué des scandales et des articles entiers), montre que le commerce illégal de skins peut avoir de lourdes conséquences. Avec CS : ​​GO, des skins ont été mis à gagner sur plusieurs plates-formes tierces en pariant sur le résultat des matchs eSports professionnels. Ainsi, il y a toute une branche d’activité qui s’est formée en fonction de la valeur monétaire réelle du contenu virtuel. Après une première tolérance, Valve s’est opposée à ce type de services de paris. À la fin du mois de mai 2018, une nouvelle mise à jour a été ajoutée, qui prévoyait le transfert des skins CS : GO avec un verrou de sept jours à la réception (comme d’autres éléments Steam sur le marché). Depuis que le service soit devenu illégal, les fournisseurs essayant de contourner la règle doivent accepter de s’exposer à de lourdes sanctions.

Les loot boxes peuvent-elles créer une dépendance ?

Mais même dans les jeux où le drop de loot boxes ne donne pas un réel avantage dans le gameplay, nous pouvons nous demander si cela ne provoque pas un comportement addictif au jeu. Entre la chance de gagner gros et la possibilité d’obtenir des skins ultra rares dans le nouveau pack, la tentation est tentante. Les animations et les effets sonores spéciaux qui célèbrent l’ouverture d’une Lootbox dans la plupart des jeux sont spécialement conçus pour accentuer le mystère entourant le contenu potentiellement légendaire.

Cette grosse fanfare sur l’ouverture d’une boîte a en effet pour but d’augmenter la tension et l’attente du butin souhaité pour vous encourager retenter votre chance en cas d’échec. Plus la Lootbox est chère, plus l’animation est inhabituelle. Les boîtes à butin sont comme de beaux paquets de Noël colorés, auxquels vous voulez arracher le papier le plus rapidement possible afin d’obtenir le cadeau espéré. Cependant, il y a une différence cruciale : ce ne sont pas des cadeaux, le joueur dépense beaucoup d’argent pour les obtenir. Le design est quant à lui conçu pour en acheter plusieurs et les ouvrir les uns après les autres.

Plus particulièrement, le fait qu’il y ait de nombreux mineurs qui soient ciblés par ce fameux « ressenti » émotionnel pour ouvrir de plus en plus de boîtes est considéré comme un vrai problème à première vue. Les loot boxes « gagnées » de certains jeux sont échangées contre une valeur monétaire réelle. Ce point a officiellement été classé comme particulièrement préoccupant dans le débat réglementaire actuel.

Dans la troisième partie de notre série sur le Lootboxing, nous examinerons brièvement à quoi ressemble la situation juridique qui l’encadre et quels pays interdisent cette pratique.

Première partie de la série: De la microtransaction interdite à l’activité de Lootboxing à un milliard de dollars.

 

mm

Ronja Antesberger

Freie Redakteurin

Ronja joue depuis qu'elle a pu se payer son premier PC. En particulier les MMO, les RPG et la stratégie en temps réel sont leur habitat virtuel, ainsi que les indiens passionnants avec des concepts de jeu intéressants. En tant que joueur au besoin de communication, Ronja diffuse également sur Twitch, en plus de la freelance et de l'écriture, et participe régulièrement à des podcasts sur tout ce qui a trait au jeu.

Mehr von Ronja Antesberger
signaler une nouveauté
Follow Us
Stay in the game!

Abonne notre bulletin maintenant!

Follow Us
eSports.ch