Northern League of Legends Championships

NLC – Deux joueurs suisses se retrouvent en finale

Dimanche dernier, la passionnante finale de la NLC entre Fnatic Rising et Tricked Esport a eu lieu. Cependant, ce qui est passé inaperçu pour la plupart des gens, c’est que les deux équipes comptaient un joueur suisse dans leurs rangs !

Alors que Fnatic Rising jouait avec le toplaner Mahdi « Pride » Nasserzadeh, Tricked Esport avait Luca « Lucky » Santos Fontinha en support. Les deux équipes se sont battues sans relâche pour le titre de champions de la NLC (Northern League of Legends Championship), et Pride ainsi que Lucky ont eu beaucoup d’impact sur les matchs.

Vous pouvez voir les meilleurs moments des deux ici :


Donc Pride et Lucky ont tous les deux réussi. Ils sont signés par de grandes organisations d’eSports et jouent sur la scène mondiale. Cela les a même amenés à s’affronter en finale de la Nordic League.

Alors que faut-il faire pour y arriver ? Nous avons demandé à Lucky.

Ce qu’il faut pour atteindre le sommet

Selon Lucky, vous devriez au moins jouer jusqu’à devenir Grandmaster et ensuite tenter votre chance dans la Primeleague, car il n’y a malheureusement pas beaucoup de possibilités d’amélioration en Suisse.

De nombreux joueurs semblent bloqués à un certain niveau, et c’est là que les parties classées peuvent être utiles. Cependant, il est important de ne pas se contenter de parcourir la voie médiane d’une partie à l’autre et de passer rapidement au « suivant », mais d’être conscient de ses erreurs et d’essayer activement de les améliorer. Souvent, on se met en  » pilote automatique « , c’est-à-dire que l’essentiel est de finir les matchs, ce qui empêche la croissance.

Des connexions, des connexions et encore des connexions

On entend souvent parler de réseautage dans le monde des affaires.

Pour Lucky, c’est tout aussi pertinent dans l’eSports et un conseil pour les joueurs qui veulent aller loin. Il a lui-même été invité aux « try-out » de Tricked et l’équipe s’est construite autour de lui et de l’ADC. Il connaissait déjà l’ADC, ce qui a bien sûr facilité la procédure. Même en SoloQ, dit-il, on peut se faire des amis !

Ces connexions facilitent la création d’équipes, ainsi que l’échange d’informations, ce qui peut être utile lors de la recherche d’une équipe. L’établissement de tels contacts dans la gamme « Elo supérieure » peut apporter beaucoup.

Mais avoir une bonne présence sur Twitter est tout aussi important. Même si vous ne connaissez pas quelqu’un, vous pouvez rapidement changer cela de cette façon. Il y a quelques années, par exemple, Lucky a simplement écrit au joueur Agurin sur Twitter et a réussi à le faire entrer dans son équipe.

Alors, essayez ! Vous n’avez rien à perdre.

Que manque-t-il aux équipes suisses ?

A part quelques exceptions, il est clair qu’à un haut niveau, ce n’est plus forcément une question de capacité individuelle, car tout le monde est à un très haut niveau.

Mais qu’est-ce qui compte vraiment ? Lucky accorde beaucoup d’importance à la connaissance générale de la carte, au bon timing pour les ouvertures et à la communication entre eux. D’après son expérience, c’est également un aspect qui fait défaut au personnel d’encadrement suisse.

L’évaluation concrète de ce qui est le mieux dit par qui et quand, l’accent mis sur les aspects individuels sur plusieurs matchs et l’évaluation de l’exécution après coup par les voicecomms. Ces choses peuvent être pratiquées au mieux dans des scrims, qui ne sont pas si souvent réalisés en Suisse pour diverses raisons.

En outre, le personnel est généralement beaucoup plus nombreux dans les ligues supérieures : il y a un entraîneur, un entraîneur adjoint et un analyste. En Suisse, tous les rôles sont généralement assumés par une seule personne, ce qui entraîne bien sûr une baisse de la qualité.

Les plans concrets peuvent alors être moins bien élaborés et il n’y a toujours qu’une seule opinion. L’augmentation du personnel ou la concentration sur des aspects particuliers pourraient apporter des progrès.

Les EU MASTERS et ce que l’avenir nous réserve

Lucky jouera certainement pour Tricked jusqu’à la fin des EU Masters, mais il ne sait pas s’il veut revenir sur la scène suisse pour les différentes LANs.

Les playins pour les EU Masters commencent déjà la semaine prochaine le 16.08.21, où Fnatic Rising doit se frayer un chemin. Qui sait, peut-être les deux joueurs se retrouveront-ils en phase de groupe ? Je reste enthousiaste et j’ai hâte de suivre leur parcours !

Que pensez-vous de cet aperçu d’une ligue supérieure ? Êtes-vous vous-même un joueur un peu motivé ? Voulez-vous aussi jouer dans la NLC ? Faites-moi savoir dans les commentaires !

mm

Julia "Noonchi" Ruprecht

Freie Redakteurin

Mehr von Julia "Noonchi" Ruprecht
signaler une nouveauté
Follow Us
Stay in the game!

Abonne notre bulletin maintenant!

Follow Us
eSports.ch