SESF : « rassembler la scène autour d’une fédération »

Depuis plusieurs années, la SESF était en reconstruction. Tout au long de ce premier semestre, la fédération s’est donné les moyens d’afficher de nouvelles ambitions, de nouveaux défis ainsi que de répondre aux besoins des différentes structures helvétiques. Gabriel Ratano nous explique ce virage à nonante degrés.

Il faut savoir que cette entité fonctionne comme une association classique, avec à son bord, un comité, constitué de plusieurs membres à plusieurs fonctions dont le vice-président. C’est ce poste qu’occupe notre invité, qui nous explique comment fonctionnent les rôles majeurs de l’entreprise : « Avec l’arrivé de Jon (actuel président), nous avons réparti les tâches assez simplement. Je m’occupe de tout l’aspect interne de l’association, les membres, les relations internes ainsi que certains projets que nous menons. Le président, lui, se préoccupe des affaires externes comme des éventuels partenariats ».

Les affaires internes, un département en chantier, qui a demandé presque deux ans de reconstruction, d’harmonisation et aussi beaucoup de changement. « Je ne savais pas dans quoi je m’embarquais (rires), reconstruire les relations, séparer les projets et recruter des personnes qualifiées dans le bon département a pris beaucoup de temps. Aujourd’hui, je pense que ce travail est fini, nous nous concentrons vraiment sur le principal actuellement, l’esport. De plus, j’ai reçu l’appui des membres d’Edelweiss qui apporte beaucoup au sein de l’équipe ».

Les projets 

La fédération suisse d’esport est souvent attendue sur ses projets. D’ailleurs, cette année nous avons eu droit à divers projets pilotes. Celui qui a retenu l’attention de tous étant cette carte interactive regroupant toutes les structures suisses avec des informations personnalisées pour chacune. Un projet loin d’être terminé d’après notre expert : « Nous avons reçu beaucoup de feedback sur ça. Nous sommes globalement satisfaits de ce qu’a généré cette initiative, maintenant le but est de continuer de l’améliorer, de la rendre toujours plus lisible et juste au fil du temps ». Ce n’a pas été le seul essai, plusieurs « Talkshow » ont fait leur apparition durant le premier semestre, une bonne idée qui ne restera pas. « L’idée était bonne, cependant à partir du moment où RTS esport produit le même genre de contenus, avec plus de moyens et une qualité supérieure, c’est contre-productif pour nous. Néanmoins, RTS esport n’ayant pas de correspondant suisse alémanique, ce projet continuera du côté germanophone avec quelques nouveautés dans les semaines à venir » explique l’actuel membre de chez noetic.

Nous avons aussi eu droit à une esquisse d’un contrat pour joueurs esport, une demande très attendue dans le milieu, disponible pour tous les membres de la SESF. « Oui, c’est un bon début. C’est une première version, mais les choses vont dans le bon sens. Si ça peut ramener des personnes où des structures hésitantes, c’est tant mieux. L’inscription est gratuite pour les individus et nous avons décidé d’une cotisation annuelle de 100.- pour les organisations, ce qui me semble correct pour l’instant ».

Une des grosses attentes de la scène esportive, est la reconnaissance de la SESF au niveau étatique. Cette reconnaissance apporterait une crédibilité qui manque cruellement et qui serait un argument de poids dans le but ultime de la fédération, réunir un maximum d’acteur du domaine. Malheureusement, Monsieur Ratano refroidit nos ardeurs assez rapidement. « Avant de vouloir une reconnaissance, il faudrait pour ça catégoriser l’esport. Aujourd’hui l’esport irait dans quel département ? le sport ? la culture ? sa propre catégorie ? C’est très difficile, de plus, le moment est super mal choisi. Le sport détient une bourse répartie entre tous, donc un nouveau venu voudrait dire moins d’argent. Tandis que la culture vient de vivre certainement la pire année de l’histoire. Être reconnu fait partie de nos priorités évidemment, je pense que malheureusement la période actuelle n’est pas propice à cette demande ».

Vous l’avez compris, ce n’est pas pour tout de suite. Cependant, ces derniers mois, nous avons déjà vu l’esport être reconnu dans différents cantons comme à Fribourg, noetic académie rejoignant le département culturel, ou Genève avec le département des sports qui a accueilli les athlètes esportifs donnant droit aux structures à plusieurs subventions grâce à GENEVA ESPORT. Heureusement, les choses bougent aussi à Berne : « Nous travaillons sur un groupe parlementaire pour l’esport. Ce lobby réunira tous les acteurs du monde vidéo ludique, afin d’avoir une possibilité de réaction sur certaines lois sur les jeux vidéo, qui sont prises actuellement sans forcément consulter les bonnes instances. C’est un premier pas » raconte le vice-président.

Des envies

« Notre désir le plus profond est de rassembler la scène autour d’une fédération et forcément d’unifier les différentes lois des compétitions et de l’arbitrage dans notre pays. Avoir une discussion avec les différents acteurs, des retours constructifs, des idées nouvelles et pour cela, nous devons être nombreux. Sinon, nous recherchons deux bénévoles pour des postes administratifs. Je serais aussi content si nous trouvons des personnes motivées (rires) » poursuit Gabriel.

Dans tous les cas, l’organisation semble se diriger dans la bonne direction. Après avoir réglé ses maux, testés différents formats et avoir mis les bonnes compétences dans les bons départements, la marche en avant est lancée. Néanmoins, est-ce que la scène est prête à (re)faire confiance ? L’époque où SilentGaming et le Lausanne Sport Esport quittaient la fédération parait bien lointaine. À eux de cultiver, cette envie d’entraide dans les mois à venir, que le rêve d’un pays unit aux côtés de la SESF n’est peut-être pas si éloigné.

mm

Julio Mestre

Redakteur

Amoureux de sports, c’est logiquement le premier Pro Evolution Soccer qui a conduit Julio dans le monde du jeux vidéo. N’ayant aucun talent pour les FPS, Dofus sera son MMORPG de prédilection avant de découvrir Rainbow 6 Siège qui ne quitte plus son esprit depuis. Compétitif sur Fifa en club pro, le cast sur Twitch de ce même jeu occupe le reste de son temps libre. Il adore rapporter tout ce qui se passe dans l’univers du gaming via l’écriture ou la vidéo

Mehr von Julio Mestre
signaler une nouveauté
Follow Us
Stay in the game!

Abonne notre bulletin maintenant!

Follow Us
eSports.ch